dimanche 15 octobre 2017

Téméraire, tome 3 : Par les chemins de la soie




Auteur: Naomie Novik
Edition: Pocket
Genre: fantasy
année de publication: 2010
nombre de page: 476

Synopsis

Le capitaine Will Laurence, des Aerial Corps, et son extraordinaire dragon Téméraire sont interceptés à Macao par un mystérieux émissaire porteur d'un ordre urgent de Sa Majesté. Trois œufs de dragons d'une valeur inestimable ont été acquis auprès de l'Empire ottoman. Laurence et Téméraire sont sommés de faire un détour par Constantinople afin de les convoyer jusqu'en Angleterre. Leur mission doit être menée à bien avant l'éclosion des œufs. Mais le désastre guette à chaque étape : la faute aux machinations diaboliques de Lien, la dragonne blanche, qui tient Téméraire pour responsable de la mort de son maître et qui a fait vœu de s'allier à Napoléon pour se venger. Confrontés à une incroyable défection à l'endroit le plus inattendu, Laurence, Téméraire et leur équipage sont contraints de passer à l'offensive. Mais quelle chance ont-ils, face à l'armée implacable de Bonaparte ?

Mon avis

Les deux premiers tomes m’ayant vraiment plu, j’avais très envie de connaitre la suite des aventures de téméraire, le dragon, et de Laurence, son capitaine.

Au début de ce tome, nous retrouvons nos héros en chine où ils reçoivent un ordre urgent de sa majesté d’Angleterre. Ils ont pour mission d’aller récupérer des œufs de dragon  en Turquie et de les amenés en Angleterre avant qu’ils éclosent.
Pour pouvoir accomplir leur mission, Téméraire et Laurence devront faire face à de nombreux obstacles que ce soit pour parvenir jusqu’à Constantinople, récupérer les œufs ou les amener jusqu’en Angleterre.

J’ai adoré cette nouvelle aventure de nos héros.  Il y a des rebondissements en permanence qui ne nous permets pas de nous ennuyer une seule minute.  Les pages défilent sans que on s’en aperçoive et à la fin de chaque chapitre, on ne peut pas s’empêcher de commencer le suivant pour savoir ce qu’il va se passer.

Ce que j’aime beaucoup dans cette saga est la découverte de nouveaux lieux et les différences de cultures et notamment la place des dragons dans ces différentes cultures.
Après le chine, on va mettre les pieds à Constantinople où la culture est très différente de la chine. Comme on peut s’en douter, les dragons n’ont pas une aussi belle place dans cette société qu’en chine. On va également constater que les relations diplomatiques entre pays sont parfois très compliqué et ce, tout particulièrement quand l’un d’eux souhaite avoir « le beurre et l’argent du beurre ».

Téméraire reste égale à lui-même et me fait toujours autant sourire mais surtout, il  aborde le thème du droit des dragons. En effet, Téméraire ne comprend pas qu’il n’a pas les même droits que les hommes et souhaiterait changer cette situation. Il faut dire que la différence de traitement des dragons entre l’Angleterre et la chine est énorme et on peut légitimement se poser la question «  pourquoi tout le monde n’a pas les même droit peu importe l’endroit où il vit ? »
Cet aspect m’a beaucoup intéressé car on peut faire un parallèle avec les hommes dans notre société.
Bien que cette question ne puisse pas être abordée par le gouvernement anglais tant que la guerre n’est pas terminée et gagnée, j’espère qu’on aura une évolution de la situation des dragons à travers les prochains tomes de la saga.

Dans ce tome, il va également y avoir un approfondissement sur la guerre qui accapare toute l’Europe puisque Bonaparte tente de conquérir l’Europe.
Cette partie du roman était très intéressante aussi car elle nous permet de mieux comprendre dans quel monde nos héros évoluent et nous rappelle de belles valeurs telle que la solidarité.

Pour moi, ce tome est une réussite car l’auteur arrive à mélange les aspects aventures, guerre et politique d’une très belle manière et surtout qui n’est pas ennuyeuse.


Ce tome confirme non seulement qu’il s’agisse d’une très bonne saga mais aussi que cette saga est parfaite pour découvrir les dragons ou la fantasy. 

lundi 9 octobre 2017

Challenge Au fil des saisons et des pages



J’ai décidé de me lancer dans ce challenge qui me parait bien sympathique ^^
Il a été crée par Elliot et des livres et si vous décidez également de faire ce challenge vous pouvez rejoudre le groupe challenge au fildes saisons et des pages sur facebook.

Ce challenge se divise en quatre périodes qui font références aux saisons. Chaque période prévoit la lecture de 5 livres respectant une condition.

J’indiquerai les livre choisi pour chaque saison lorsque celle-ci commence car je ne sais pas me fixer pour le moment sur les lectures que je vais faire en hiver, printemps ou en été.

Je mettrai également à jour l’article pour que vous puissiez voir mon évolution dans le challenge.


Automne


La première saison est l’automne et les livres devront être lu entre le 21 septembre et le 20 décembre.




 La lecture commune


La lecture commune choisit pour cette saison est «  la vérité sur l’affaire Harry Quebert » de Joël Dicker

Un livre tiré de votre book jar


J’ai créé une book jar pour ce challenge car je n’en avais pas et j’ai pioché le livre « l’ultime refuge » de Nora Roberts.

Lu le 13 octobre 2017


Un livre qui fait peur


 La consigne donné est que ce livre doit vous faire peur peu importe la raison. Il peut s’agir d’un livre de genre horreur ou thriller pour se faire une frayeur pendant notre lecture ou choisir un livre qui nous fait peur pour d’autres raisons. Pa exemple, le nombre de page vous fait peur ou vous avez peur de ne pas aimer le livre...

Pour cette catégorie, j’ai choisi « la fin de partie de l’enchanteur », le tome 5 de « la belgariade » écrit par David Eddings

Personnellement, j’ai choisi un livre qui me fait peur parce qu’à chaque fois que j’ai lu un livre de cette saga, il m’est arrivé toujours de mésaventures assez stressante. J’ai vraiment l’impression que cette saga me porte la guigne !!!! Heureusement, il s’agit du dernier tome et ce challenge va me faire franchir le pas de le retirer de ma pal parce qu’au-delà  des mésaventures, cette saga est vraiment super et j’ai très envie de savoir ce qui va arriver aux personnages.

Lecture en cours

Un livre avec un animal sur la couverture


Pour cette catégorie vous pouvez choisir un animal réel comme un chat, un chien, un poisson ou un animal mythologique, fantastique comme une licorne ou un dragon.
J’ai choisie de lire « par les chemins de la soie », tome 3 de «  Téméraire » de Naomie Novik

Lu le 5 octobre 2017


Un livre qui se déroule dans une petite ville


Pour cette dernière catégorie, j’ai décidé de lire le livre «  Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur » de Harper lee car la quatrième de couverture commence par « Dans une petite ville d’Alabama » J


Hiver




La deuxième saison est l’hiver où les livres devront être lu entre le 21 décembre et le 20 mars.

Lecture commune

Livre pioché dans ta book jar


Livre avec une couverture bleu


Le livre qui te fait le plus envie


Un livre qui se déroule pendant la période de noel


Printemps


La troisième saison est le printemps et les livres devront être lu entre le 21 mars et le 20 juin.


Lecture commune


Livre pioché dans ta book jar


Un livre avec de la nature sur la couverture


Un livre de moins de 200 pages


Un livre paru en 2018



Été


La dernière saison est l’été où les livres devront être lu entre le 21 juin et le 20 septembre.


Lecture commune


Livre pioché dans ta book jar


Un livre avec la couverture jaune


Un livre avec plus de 450 pages


Le livre le plus ancien de ta pal


vendredi 18 novembre 2016

La famille, trésor de notre temps







                                                         
Auteur: Guy Gilbert
Edition: Philippe Rey
Genre: spirituel, sociologie
année de publication: 2016
nombre de page: 87

Synopsis

Son sacerdoce auprès des jeunes en souffrance a permis à Guy Gilbert de mesurer l’importance pour les enfants et les adolescents d’avoir une vie familiale stable et aimante où ils peuvent s’épanouir. 
La famille a toujours été au centre des préoccupations de l’Église, qui la considère comme la cellule de base de la société, celle qui défend les valeurs, qui les transmet aux nouvelles générations. À la suite du synode sur la famille et de la lettre apostolique du pape François en 2016, l’auteur s’interroge, dans ce livre complet et engagé, sur les défis pastoraux que pose l’évolution de la société : nombre croissant de divorcés remariés, mariage pour tous, homosexualité, sujets pour lesquels il prône une approche empreinte de miséricorde.Guy Gilbert fait surtout l’éloge de la famille comme lieu d’échange, de construction mutuelle, d’attention à l’autre, d’apprentissage de la vie, de l’amitié, de l’amour. De la foi aussi. Protégeons ce trésor de notre temps.
Je conseille ce livre qui se lit très rapidement et nous rappelle à quel point notre famille est précieuse. 



Mon avis


L’auteur amène une belle réflexion sur la famille et ses valeurs. Ses réflexions naissent des expériences qu’il a vécu où plutôt les expériences qu’on lui raconte. En effet, l’auteur est un prêtre et n’a donc jamais fondé de famille.

En commencent ce livre, j’avais peur qu’il n’y ai que la vision de la famille à travers la religion et que son opinion soit quelque part faussé par le fait qu’il ne s’est jamais marié, n’a jamais eu d’enfant, bref n’avait jamais fondé sa propre famille. 
Mais cette peur est vite partie et j’ai lu le livre d’un trait. Il arrive à mettre les bons mots sur chaque situation, amener des réflexions et des conseils très intéressants.

Il aborde la question de la famille de manière très large en parlant du mariage, de la vie de couple, des enfants, de l’homosexualité, de l’adoption, de l’éducation  et un peu de la religion.

Personnellement, je pense que ce livre reste accessible à tous même si on n’est pas de religion catholique comme l’auteur car il aborde principalement la religion sur la manière de vivre notre religion en couple/famille et ne transpose pas les préceptes de la religion catholique.

Cette lecture était très intéressante et je me suis trouvée en accord avec la plupart de ses opinions.

Quand à l’écriture de l’auteur, elle n’est pas élaborée mais ce n’est pas ce qu’on recherche dans ce genre de lecture. Au contraire, l’écriture simple et fluide est un atout. Elle nous permet de tourner les pages sans s’en rendre compte. Quand à la forme du texte, il a choisi d’écrire des minis chapitres qui font rarement plus de trois pages. Cela permet d’aller facilement aux points qui nous intéressent le plus si on ne veut pas tout lire mais surtout cela permet d’avoir une vision sur la question abordé qui est courte, claire, précise et dynamique. Cela permet aux personnes intéressées par le sujet mais pas fan des livres spirituels ou sociologiques d’apprécier pleinement ce livre. 


mercredi 2 novembre 2016

L'inconnue du Père-Lachaise


Auteur : Bénédicte Lapeyre
Edition : Albin Michel
Genre : policier
Année de publication : 2015
Nombre de page : 192



Synopsis

Dans les allées du Père-Lachaise où il aime se promener, le commandant Leclerc, policier à la retraite, croise une belle inconnue. Cette élégance, cette grâce mystérieuse ne lui sont pas étrangères, et brusquement, les souvenirs affluent : une gamine en état de choc, prostrée dans son silence, un homme d’affaires assassiné dans une cité d’Orgeville, un gang local aussitôt identifié, une affaire trop vite classée… Se pourrait-il que la petite fille de banlieue soit devenue cette femme, à quelques pas de lui ? Des tours de la Courneuve à l’île Saint-Louis, cette rencontre fortuite va pousser Leclerc à rouvrir le dossier… Et il découvrira un grand amour. Bénédicte Lapeyre évoque ici avec subtilité l’attachement émouvant de deux êtres que tout aurait dû séparer.

Mon avis

Un roman qui change de l’ordinaire. Un crime non résolu au moment des faits mais dont on connaîtra la solution des années plus tard grâce à une rencontre inattendue entre deux des personnages principaux.  

Cette enquête policière est abordée différemment que d’habitude et c’est ce qui fait le charme de ce roman.

Un homme est retrouvé mort chez lui. On se pose beaucoup de question car il vit dans un quartier extrêmement pauvre mais son appartement regorge de biens de valeur. Toutefois l’enquête ne donnera rien et le meurtrier n’est pas retrouvé. Des années plus tard, l’enquêteur chargé de cette affaire se pose encore beaucoup de questions surtout depuis la rencontre d’une mystérieuse femme au cimetière Pierre-Lachaise.

Nous trouvons trois personnages principaux dans ce roman.

Le commandant Leclerc, retraité et ancien enquêteur de la criminelle. Cet homme est un passionné et son métier était très important pour lui et il se remémore encore ces anciennes enquêtes.

Isabelle que nous retrouvons en tant qu’adulte mais qui a l’époque du crime était la petite fille mystérieuse sur les lieux du crime. Elle est clairement la clé de cette histoire car elle a vu ce qui s’est passé.

Et le dernier personnage principal est Marc Roc, un homme retraité et veuf qui décide du jour au lendemain de changer de vie et qui sans le savoir va l’amener à être tué.

Se sont trois personnages très différents, très attachants et qui normalement n’aurait jamais du se rencontrer.

L’auteur a décider de diviser le roman en trois parties : La rencontre entre le commandant Leclerc et Isabelle, le retour dans le passé en se concentrant sur l’histoire de la victime, Marc Roc et le dénouement de l’affaire.
Les deux dernières parties du roman sont très touchantes et nous font passé par différentes émotions tels que l’attendrissement, la joie, la tristesse et la stupéfaction.

Ce livre est catégorisé comme policier mais personnellement je ne suis pas d’accord avec ce choix. Certes, on trouve une enquête policière mais ce n’est pas le centre de l’histoire. Pour moi le centre de l’histoire est la relation entre les différents personnages et leur histoire à chacun.

Quant à la plume de l’auteur, elle est simple mais efficace. Elle décrit bien les situations et les sentiments de chacun, on s’imprègne totalement de son univers et elle arrive à nous émouvoir.


Ce roman a été une bonne lecture que je recommande à tout ceux qui aimeraient lire un livre qui change de l’ordinaire.


lundi 3 octobre 2016

Marion, 13 ans pour toujours


Auteur : Nora Fraisse
Edition : Le livre de poche
Genre : Témoignage
Année de publication : 2015
Nombre de pages : 192

Synopsis

« Marion, ma fille, le 13 février 2013, tu t’es suicidée à 13 ans, en te pendant à un foulard, dans ta chambre.

Sous ton lit en hauteur, on a trouvé ton téléphone portable, attaché au bout d’un fil, pendu lui aussi pour couper symboliquement la parole à ceux qui, au collège, te torturaient à coups d’insultes et de menaces.

J’écris ce livre pour te rendre hommage, pour dire ma nostalgie d’un futur que tu ne partageras pas avec moi, avec nous.

J’écris ce livre pour que chacun tire les leçons de ta mort. Pour que les parents évitent à leurs enfants de devenir des victimes, comme toi, ou des bourreaux, comme ceux qui t’ont fait perdre pied. Pour que les administrations scolaires s’évertuent à la vigilance, à l’écoute et à la bienveillance à l’égard des enfants en souffrance.

J’écris ce livre pour qu’on prenne au sérieux le phénomène du harcèlement scolaire.

J’écris ce livre pour que plus jamais un enfant n’ait envie de pendre son téléphone, ni de suspendre à jamais sa vie. »

Mons avis

Nora Fraisse est la mère de Marion, une jeune adolescente de 13 ans qui c’est suicidé suite à un harcèlement scolaire.

Elle nous parle un peu de sa fille mais elle aborde beaucoup plus le sujet sur l’après de la tragédie. Elle nous parle notamment de sa quête de la vérité et des réactions de l’entourage et plus particulièrement de l’école, les enseignants et élèves.

Ce témoignage est tragique et nous fait verser notre petite larme. Personnellement, je pensais que j’allais pleurer du début jusqu’à la fin et non… d’autres sentiments m’ont envahie : l’incompréhension et la colère. Je n’ai pas compris les réactions et agissements de l’entourage et tout particulièrement de la part du corps enseignement.

Je n’ai pas compris comment c’est personnes ont pu rester insensible à un tel drame et on pu rendre la situation encore plus difficile pour la famille de Marion.

Ce livre me semble très important car il montre du doigt un gros problème qui va au-delà des harceleurs. Comment peut-on lutter contre le harcèlement si on ne punit pas les harceleurs et même pire s’il arrive à trouver du soutien dans leurs actes.

Il est également impossible de lutter contre le harcèlement scolaire si l’école ne dénonce pas les problèmes, changement de comportement afin d’arrêter ces persécutions et d’empêcher que des drames surviennent.

S’il y a bien une chose à bannir c’est le silence. Pour une personne harcelée, cela doit être difficile d’en parler même si c’est la meilleure solution. Par contre, je ne vois pas pourquoi une personne tiers qui peut constater ou soupçonner un harcèlement ne fait rien.

On entend de plus en plus parler du harcèlement qui est un véritable fléau et je pense que ce livre doit être lu quand on veut combattre le harcèlement scolaire car il met en évidence de grandes lacunes de notre système et il faut connaître ces lacunes pour pouvoir les combler et combattre efficacement le harcèlement scolaire.


lundi 26 septembre 2016

Le pays du nuage blanc





Auteur : Sarah Lark
Edition : Archipoche
Genre : Historique
Année de publication : 2014
Nombre de pages : 755

Synopsis

«Église anglicane de Christchurch (Nouvelle-Zélande) recherche jeunes femmes honorables pour contracter mariage avec messieurs de notre paroisse bénéficiant tous d'une réputation irréprochable.»

Londres, 1852. Hélène, préceptrice, décide de répondre à cette annonce et de tenter l'aventure. Sur le bateau qui la mène au Pays du nuage blanc, elle fait la connaissance de Gwyneira, une aristocrate désargentée promise à l'héritier d'un magnat de la laine. Ni l'une ni l'autre ne connaissent leur futur époux.

Une nouvelle vie - pleine d'imprévus - commence pour les deux jeunes femmes, qu'une amitié indéfectible lie désormais...

Mons avis

Dans ce magnifique livre, on embarque vers la Nouvelle-Zélande avec Hélène et Gwyneira.

Hélène est préceptrice dans une famille riche. Un jour, elle décide de répondre à une annonce d’une paroisse de Nouvelle-Zélande qui recherche des jeunes femmes désireuses de se marier.

Quant à Gwyneira, elle fait partie de la noblesse et sera promise à un baron de la laine en Nouvelle-Zélande.

Ces deux jeunes sont très différentes mais vont liés une belle amitié lors de la traversée.

D’un côté, on a Gwyneira qui est heureuse d’arrivé dans une ferme où elle pourra travailler au côté de son époux à l’exploitation agricole et de l’autre, on a Hélène, une femme romantique, qui espère trouver un mari aimant qui la rendra heureuse et lui offrira une belle famille.

j’ai beaucoup aimé suivre leurs histoires et voir leurs réactions face à leurs désillusions. Et oui, comme on peut s’en douter, tout ne va pas se passer comme elles l’imaginent et elles vont devoir vivre des épreuves difficiles. A travers cette histoire, on voit à quel point la vie peut parfois être difficile et à quel point cela peut nous changer.

Leurs amitié, elle, se renforcera avec le temps et les aidera beaucoup pour affronter les moments difficiles de la vie.

Je me suis beaucoup attachée à ces deux personnages. Se sont de belles personnes très courageuses.

Quant aux autres personnages qu’on rencontre, ils sont pour la plupart très attachants comme Marama, Dorothé ou encore Fleurette.
Je suis obliger de citer Howard et Gérald qui sont des mauvaises personnes et que j’ai aimé détester.

On retrouve aussi un bel aspect historique dans ce roman. On voit comment les colons s’appropriaient des terres et comment la cohabitation entre les colons et les autochtones se passait.

Ici, les autochtones sont les maoris qui n’ont pas du tout les mêmes coutumes que nous. Ils n’ont par exemple pas la même notion du mariage ou de famille. Ce sont à la base des personnes pacifiques qui acceptent de partager leur terre avec les nouveaux arrivant.

Et comme d’habitude, les colons, eux, sont beaucoup moins honnêtes qu’eux et les manipulent pour leurs voler leurs terres.

La situation culturelle et sociale est très bien décrite mais également l’aspect économique à travers l’élevage des moutons et la ruée vers l’or.


Sarah Lark a su nous embarquer dans sont histoire avec de très belles descriptions des paysages mais aussi en nous faisant éprouver des tas d’émotions. Le livre est long avec ces 755 pages et pourtant, je n’ai ressenti aucune longueur.

ce roman réuni la romance, l’aventure, l’histoires, la tragédie… je ne peut que vous le recommander.
Ne vous arrêter aux nombres de pages car vous ne verrai pas le temps passer.


J’ai hâte de découvrir le deuxième tome qui va raconter l’histoire de la nouvelle génération.

samedi 24 septembre 2016

Dans ma PAL...

Cette semaine, j’ai pioché :


Les bannis et les proscrits, tome 1 : Le feu de la Sor'cière



Par une nuit fatale, dans le merveilleux pays d'Alasea frappé par une malédiction, trois mages firent un ultime acte de résistance, sacrifiant tout dans l'espoir de préserver le bien. Cinq cents ans plus tard, au jour anniversaire de cette nuit sinistre, une petite fille hérite d'un pouvoir perdu depuis longtemps. Mais avant qu'elle puisse comprendre son terrible don, le Seigneur Noir lance ses monstres ailés pour la capturer et lui rapporter la magie embryonnaire qu'elle détient. Fuyant les hordes des ténèbres. Elena est précipitée vers une issue terrible... et vers la compagnie d'alliés inattendus. Formant avec eux une bande de parias et de hors-la-loi, elle va tenter de combattre les forces implacables du mal et de secourir un empire autrefois glorieux...

Te souviens-tu de quand tu as acheté/reçu/emprunté ce livre ?

 

Je l'ai en ma possession depuis le mois d'avril 2016.


Pourquoi est-il encore dans ta PAL ?

Il est dans ma PAL parce que je veux un peu attendre avant de commencer une nouvelle saga. 


- Comptes-tu le lire prochainement et pourquoi ?

 

Je ne pense pas le lire tout de suite. j'aimerais finir une ou deux sagas avant de commencer celle-ci.